Si t'aimes pas l'monde, change-le !

 
 
   Cette citation, je l'ai empruntée de notre poète et chansonnier québécois Félix Leclerc. Ce judicieux conseil qu'il nous prodiguait avec fougue il y a une cinquantaine d'années, est encore bien de mise aujourd'hui, et le sera toujours d'ailleurs.
 
   On remarque hélas qu'il y a souvent plus de gens pour critiquer, qu'il peut y en avoir pour s'attaquer à changer les choses. Il semble que la nature humaine soit ainsi conçue. « Si t'aimes pas l'monde, change-le », se pourrait-il que les fourmis aient compris ce principe mieux que nous ? Nous faisons pourtant partie de ce monde, nous en profitons, et nous le subissons également. Il est alors normal d'y apporter notre contribution d'une façon ou d'une autre. Autour de nous, souvent tout près de nous, les possibilités d'utiliser nos humbles talents au profit de la collectivité sont omniprésentes.
 
   Chaque être humain sur cette Terre devrait faire sa part pour améliorer le monde, son monde, notre monde à tous. Pas besoin d'aller à l'ONU pour le faire. Plusieurs petites actions en temps opportun, à notre mesure, ont parfois autant de valeur à longue échéance qu'un coup d'éclat.


André A. Bernier



Page suivante

Page d'accueil


 
Autres sites web d'André A. Bernier


Pour consulter les sites suivants, cliquez sur les bannières
 
 
 

 



















 

Et surtout, n'oubliez pas...


La connaissance n'a de valeur que si elle est appliquée dans la vie

 


 119 
 



Créer un site
Créer un site