Un enfant

  
 
   Mettre un enfant au monde, et l'amener à maturité est une merveilleuse aventure pour un couple, en même temps qu'une grande responsabilité. Ce qui débute par une pensée d'amour, doit mener à la réalisation d'un être adulte, physiquement, mentalement, et spirituellement.
 
   Mais au fait, quand commence notre responsabilité envers un enfant ? Tôt, très tôt ! Pour être exact, notre responsabilité débute avant même la conception. Donner la vie doit être d'abord un projet de couple, et il est important de s'assurer que le conjoint choisi est bien apte et intéressé à s'occuper adéquatement de sa progéniture. Dans un monde où les couples se forment, et se séparent souvent peu après, plusieurs ne se donnent pas le temps de bien réfléchir aux conséquences d'être parents.
 
   Nous voulons un enfant, mais un enfant voudra-t-il de nous ? Il faut d'abord « donner sa commande », avec la conviction profonde que nous sommes entendus. Nous pouvons choisir les « caractéristiques » que nous souhaitons retrouver chez cet enfant. Nos pensées traverseront alors les sphères pour rejoindre les âmes en attente d'incarnation. Cette opportunité est malheureusement méconnue ou négligée de plusieurs, et pourtant bien réelle et tellement importante, autant pour l'enfant à venir que pour les parents.
 
   Commençons à aimer cet enfant avant même de le concevoir, et disons-lui continuellement durant toute la durée de la grossesse ; il faut entretenir ce dialogue d'amour, d'âme à âme. Cet enfant conçu par amour, doit être nourri par l'amour de ses deux parents. Pour sa part, la mère porte une responsabilité particulière durant sa grossesse ; le moindre écart de conduite, mental ou physique, et l'enfant est inévitablement affecté. Dans le sein de sa mère, il fait « un » avec elle, il ressent tout, il subit tout. Une bonne attitude mentale, une saine alimentation, et suffisamment de repos sont de mise.
 
   Et voilà la naissance, la délivrance pour la mère après neuf mois de cohabitation. L'enfant doit se résigner à quitter le nid douillet qu'est le sein de sa mère. On dit que pour l'âme, la naissance est souvent plus traumatisante que la mort. Cependant, dans notre monde actuel, le confort et les pratiques médicales modernes atténuent grandement ce traumatisme. Que tout soit fait pour que la naissance se déroule dans l'harmonie et l'amour. Encore une fois, tout ce que vit le nourrisson s'imprègne en son âme, pour le meilleur ou pour le pire. Et ici comme ailleurs, un bon départ est primordial.
 
   Sitôt né, voilà que nous devons déjà penser à l'éduquer. Ce petit être a tout à apprendre et à expérimenter, et il compte d'abord sur ses parents pour le guider convenablement dans cette incarnation. Nouvelle réalité aussi pour le couple
 ; apprendre à partager son temps, et toutes ses ressources en fait, pas seulement les surplus, mais pratiquer un vrai partage à trois. Même tout jeune, un enfant comprend vite si le partage n'est pas équitable, et s'il juge que c'est le cas, il le fera largement payer aux parents par la suite.
 
   La majorité des enfants qui naissent aujourd'hui sont brillants, très brillants même. L'époque actuelle le veut ainsi. Parfois nous avons de la difficulté à saisir la vision de la vie qu'ont nos enfants, celle-ci peut être bien différente de la nôtre. Actuellement, l'évolution fait que le pas est énorme d'une génération à l'autre. Ce qui était correcte à notre époque, peut ne pas convenir pour ce que nos enfants auront à vivre plus tard. En demeurant bien à l'écoute de nos jeunes, nous verrons comment les guider, tout en sachant respecter leur propre personnalité, même si parfois cela peut heurter nos valeurs personnelles. Une certaine dose de sagesse et d'humilité est nécessaire pour être de bons parents. Nous constaterons également au fil des ans, que nous avons beaucoup à apprendre d'eux nous aussi.
 
   Très tôt dans la vie, nous devons aider nos enfants à se former un jugement solide. Tout-petits, ils ont déjà des choix à faire, à leur mesure. En autant que possible, laissons-les choisir eux-mêmes. C'est en jugeant de petits problèmes qu'ils se préparent à en juger de plus complexes. D'accord, ils vont se tromper parfois, mais c'est de cette façon que leur jugement s'affinera. Ils doivent passer par là, et il vaut mieux que ce soit tôt. Peut-être, encore une fois, que leurs choix ne seront pas nécessairement les nôtres, mais ce sont justement les leurs. Nous devons accepter que nos enfants ne soient pas tout à fait comme nous, comme nous ne sommes pas non plus comme nos propres parents. En agissant ainsi comme parents, nos jeunes deviendront de vrais adultes, bien dans leur peau, car ils seront eux-mêmes, ils sauront nous en remercier plus tard.
 
   Nos enfants vivront l'amorce d'une belle époque, une très belle époque. Une période où plusieurs structures mentales et physiques devront s'effondrer, pour être remplacées par des idées nouvelles, mieux adaptées à la vraie nature de l'homme. Nous sommes à l'aube du plus grand bond de conscience que l'humanité aura connu. L'être humain passe actuellement du règne de la peur au règne de l'Amour. Donnons à nos enfants, qui sont les adultes de demain, les outils nécessaires pour qu'ils puissent bien réussir leur présent passage sur Terre.


André A. Bernier




Page suivante

Page d'accueil


 
Les sites web d'André A. Bernier


Pour consulter les sites suivants, cliquez sur les bannières


 




 























 

Et surtout, n'oubliez pas...


La connaissance n'a de valeur que si elle est appliquée dans la vie

 


 3 
 



Créer un site
Créer un site