La fin s'en vient, vous dites ?

 

   Vous êtes atteint d'une maladie supposément incurable. Alors, avant de vous éteindre, vous décidez de vous « payer la traite » ; de bouffer tout ce qui vous tente… amenez-en des sucreries !
 
   D'abord, êtes-vous bien sûr que vous allez mourir ? D'autres avant vous ont reçu un diagnostique semblable, et pourtant ils ont miraculeusement retrouvé la santé. L'être humain possède des pouvoirs insoupçonnés, qui en de telles occasions défient parfois toute logique scientifique. La volonté de vivre de certaines personnes est plus forte que tout. Souvenez-vous : Tout comme au cinéma, ce n'est pas fini tant que ce n'est pas marqué « fin ».
 
   Et disons que vous perdiez votre combat, et que la mort réussisse malgré tout à vous emporter, est-ce bien sage de manger n'importe quoi, sachant que vous bousillez d'autres organes de votre corps ? N'oubliez pas que si vous mourez, vous allez vous réincarner tôt ou tard. Ce que vous  ignorez probablement, c'est que vous reviendrez biologiquement semblable à ce que vous étiez dans votre précédente incarnation.
 
   Je veux dire par là que les faiblesses ou carences de votre corps au moment de sa mort, se retrouveront infailliblement dans votre enveloppe charnelle suivante. Donc, si vous aviez donné la vie dure à votre pancréas par exemple, vous renaîtrez avec un pancréas fragilisé. Le même principe s'applique pour un fumeur ; celui-ci risque de renaître avec une vulnérabilité aux poumons.
 
   Le principe à retenir est simple
 : Le corps qui renaît est une reproduction biologique du corps précédent. Il doit être perçu comme étant une continuité. C'est ainsi que le corps humain évolue à travers les incarnations et les millénaires. Si ce n'était pas le cas, nous en serions encore à la physionomie de l'homme de Cro-Magnon.


André A. Bernier



Page suivante

Page d'accueil


 
Autres sites web d'André A. Bernier


Pour consulter les sites suivants, cliquez sur les bannières

 
 

 



















 

Et surtout, n'oubliez pas...


La connaissance n'a de valeur que si elle est appliquée dans la vie

 


 34 
 



Créer un site
Créer un site