L'utilisation des phosphènes par les religions

 

   On pourrait décrire les phosphènes comme étant toutes les sensations lumineuses subjectives. Les ophtalmologistes les appellent ; images de persistance rétinienne, images de rémanence, ou post-images. On peut faire un phosphène en fixant durant quelques secondes une source de lumière quelconque. Le phosphène est la lueur ou les points lumineux qui enrobe cette lumière. Si on oriente par la suite notre vision vers un endroit plus sombre, on obtient alors un post-phosphène.
 
   Cette pratique très simple de faire un phosphène, en y mixant de nobles pensées, a la curieuse propriété de hausser sensiblement notre taux vibratoire. C'est comme si l'aura qui se dégage de ces sources lumineuses venait se fusionner à notre propre aura pour en augmenter le potentiel. Les autorités religieuses ont depuis longtemps saisi cette particularité, et ils en tenaient compte dans la construction et l'aménagement intérieur des lieux de culte.
 
   D'abord, l'intérieur des églises est en général sombre, ce qui est propice à la vision des phosphènes. Les fenêtres hautes en lancette, l'œil de boeuf que l'on retrouve souvent en haut du chœur, les luminaires, et les nombreux cierges et lampions, fournissent le matériel de base pour les phosphènes. Tous ces éléments étaient jadis soigneusement arrangés dans le but de produire des phosphènes. J'ignore si c'est encore le cas aujourd'hui, mais à voir l'intérieur de certaines églises modernes, on peut en douter.
 
   D'autres religions, surtout juives et tibétaines, utilisent également une variante des phosphènes, ce sont les statophènes. Les adeptes de ces religions se balancent en priant. Pour être vraiment efficaces, il semble préférable que ces balancements de la tête ou du corps soient exécutés à un rythme précis de 1 seconde par mouvement (2 secondes pour l'aller-retour). Ce temps de 1 seconde par mouvement rejoint ainsi le rythme spécifique de notre planète Terre.
 
   Cet exposé sur les phosphènes est très sommaire, pour ne pas dire trop sommaire. On aurait pu écrire des centaines de pages sur ce sujet plutôt mystérieux, car selon de Dr. Francis Lefebure, qui a beaucoup travaillé et écrit sur ce sujet, les phosphènes constituent un accélérateur des processus mentaux, et peuvent également être utilisés en pédagogie et en psychologie.


André A. Bernier



Page suivante

Page d'accueil


 
Autres sites web d'André A. Bernier


Pour consulter les sites suivants, cliquez sur les bannières

 
 

 





















Et surtout, n'oubliez pas...


La connaissance n'a de valeur que si elle est appliquée dans la vie

 


 70 
 



Créer un site
Créer un site